Vive le Tofu

23 juillet 2008

Nihao,
Le temps passe inexorablement, et avec lui, mon départ de Chine s'approche. En effet je pars le dimanche 3 aout au matin. Bien évidement je suis content de revenir en France mais je garderais de mon séjour en Chine un grand souvenir. Je crois vraiment que les voyages forment la jeunesse, que l'on en sort grandi. Et au moment de la mondialisation, il me semble que c'est grâce aux voyages que nous pourrons mieux apprendre à nous connaître et considérer le monde et ses problèmes différemment. Certains dans nos pays jugent trop facilement l'autre sans vraiment le connaître. Enfin passons...et revenons sur mes dernières aventures en Chine. Tout d'abord le week end dernier j'ai perdu mon porte feuille dans un temple bouddhiste à Tianjin avec tout ce qu'il contient de précieux, c'est à dire carte bancaire, permis et carte d 'identité mais tout est arrangé et comme toujours la situation est sous contrôle. J'avais prévu une enveloppe de secours qui était gardé bien au chaud en cas de pépin. Je finirais mon séjour dans l'empire du milieu comme il se doit tout en mettant en place une politique de dépense raisonnée. Oui car avec mon départ, je dois songer aux cadeaux !!! Enfin toujours est-il que nous sommes rentrés à pied et que nous avons marchés deux heures. Ça nous a fait visiter la ville. lol Avec mon départ, je suis invité à droite et à gauche chez des collègues de travail. Hier soir nous avons mangé un canard laqué au frais d'un collègue. Le canard fut bien meilleur que celui que l'on mange à Pekin bien que ce soit la spécialité de la ville. Ce soir mercredi, nous sommes invités chez une collègue de travail. Le dimanche dernier c'était chez une autre personne. Je dois aussi et c'est bien normal penser aux cadeaux pour mes collègues. En ce moment se pose aussi la question pour moi : que vais-je faire après ? A mon retour je vais commencer à rédiger mon mémoire. Ici en Chine, il m'est difficile de trouver des livres ou de l'information sur le sujet qui m'intéresse. Puis je vais travailler sur les marchés. Ça me fait plaisir de travailler sur les marchés, c'est un peu un retour aux sources. Une fois la saison finie et si j'obtiens mon diplôme, il me faudra sérieusement envisager de rentrer sur le marché du travail. Je commence à consulter et postuler à des offres d'emploi, tout en sachant que cela, au vue de la concurrence, va être ardu. Cela me fait rire quand j'entends nos enseignants nous dire que nous pouvons prétendre à des postes de cadre. Dans la réalité, nous pouvons prétendre pour un début à un poste d'assistant. En réalité je ne sais pas trop quoi faire car j'aimerais aussi travailler à l'étranger. J'aimerais aussi être indépendant, mais peut-être un peu plus tard. On verra ce que l'avenir me réserve.

Bon je vous laisse pour la prochaine.

Posté par cunill à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juillet 2008

Hong Kong et le courant

Bonjour,

 

J'en vois qui s'impatientent. Voila voila les nouvelles arrivent mais ces derniers temps, je n'avais pas trop la tête à écrire sur mon blog. Me revoilà avec plein de choses à raconter. De la machine à laver en passant par Hong Kong et jusqu'à la coupure d'électricité !!!

 

Tianjin change de jour en jour, je sais je me répète mais la ville évolue à un rythme impressionnant. Je m'en faisais encore la réflexion hier au soir alors que nous étions en train de boire un café près du Concert Hall de Tianjin récemment terminé. Depuis mon arrivée sur Tianjin, ce coin a été totalement métamorphosé. La rue a été entièrement refaire en moins de 4 mois. A Villedieu-Les-Poeles, il aurait fallu 1 an de travaux ! Quand je vois le temps qu'il faut pour refaire la rue des pas perdus...

Enfin bref, coté boulot, c'est la même chose. Toujours aussi déconcertant mais enrichissant. Je me prépare moi-même à quitter l'empire du papier en pensant aux cadeaux que je vais laisser à certains employés de l'entreprise. Puis à ceux que je vais ramener en France...

 

Début aout et afin de renouveler mon visa, je suis allé sur Hong Kong ! Un seul mot: ouahhhhhh. Tianjin à coté c'est sur que ca fait plouk même si je m'y attache. Hong Kong même si rattaché à la Chine et n'en déplaise à certains ne représente pas du tout la Chine. C'est comme New York qui ne représente pas Les États Unis.

Deja le climat est subtropical. Lors de mon séjour de 4 jours, il a fait une chaleur humide et la végétation y est luxuriante avec cocotiers et arbres tropicaux. J'en ai même profité pour aller à la plage. Et oui Hong Kong possède des plages car l'île de HK est au ¾  vierge de toute construction. L'eau était bien chaude mais un peu verdoyante ! Enfin bref retour en ville en bus qui d'ailleurs circule à gauche. Les immeubles sont impressionnants et de nuit vu de l'autre rive (la ou je logeais sur le quartier Kowloon) l'ile de HK est superbe. Coté restaurant, je me suis fait encore plaisir. J'ai mangé dans un restaurant panoramique ou je pouvais admirer toute la ville. Pour ce faire il m'a fallu prendre un tramway qui monte à travers la montagne semblant défier les lois de la gravité. Une fois arrivé en haut de la montagne, on peut voir d'un coté la ville et de l'autre les montagnes et la mer.

En ce qui concerne le logement, j”étais dans un taudis assez agréable avec la clim ! Ouffff car sinon c'est irrespirable. Par contre c'est plus cher que la Chine...Ca fait mal.

Ensuite une fois mon passeport avec Visa, obtenu facilement direction Shenzhen en Chine en métro ! Puis passage aux douanes sans aucun problème et me voila en plein milieu de la ville de l'electronique. Guilhem vient me retrouver et me fait visiter sa ville. Resto, bars (dont un dans un bateau ammaré sur terre, n'est-ce pas Guigui !) puis le lendemain direction Tianjin. J'ai bien aimé le paysage autour de Shenzhen puis la ville offre pas mal de bars comparé à Tianjin. D'ailleurs Guilhem m'a ammené dans un bar situé sur le toit d'un hôtel de luxe au bord de la piscine ou un misérable jus d'orange m'a couté 6€. Il aime les coins jet set ce con !!! D'ailleurs quand j'ai dis “orange juice”, le barman m'a ris au nez !

Enfin bref, le lendemain je n'avais pas envie de retrouver Tianjin car je me voyais déjà dans cette pollution horrible. En arrivant en avion, je m'effrayai déjà rien qu'à voir la brume recouvrant la ville. En fait à mon arrivée au sol, je m'aperçus que le ciel était bien bleu et que la chaleur était agréable. Quelle joie de retrouver son chez soi! Mon colloc sensé revenir lui aussi de Chengdé m'annonce qu il a pleins de soucis et qu'il a perdu des papiers. Il a dut rester sur Tianjin.

 

Je ne l'ai pas dit mais nous avons investi dans un machine à laver pour 45 €. Bien évidemment c'est pas comme en Europe. Un machine à laver avec deux cuves une pour laver et un autre pour rincer et essorer. Le système est aussi très différent car c'est à l'utilisateur de verser l'eau dans un trou prévu. Le résultat est pas mauvais. Enfin encore faut-il du courant !

 

Oui car l'entreprise a oublié de payer le courant et nous avons passé un week end, le dernier plus exactement sans courant donc eau froide et les denrées périssables du frigo n'ont pas aimé. Le moins agréable 8h du soir et dans le noir. Pareil pour la connexion internet, ils ont pas payé. J'espère qu'ils font pas comme çà avec les fournisseurs. Puis surtout pas de clim et il a fait un week end bien chaud et collant comme on les aime. Bon on a dormi avec les fenêtres ouvertes et on s'est aspergé d'anti moustique. C'était funky.

 

Bon voila pour les nouvelles. Je vais aller manger car à l'heure ou j'écris il est 11.59 et Belzébuth aura fini de préparer le repas du midi.devinez quoi ! On mange du riz avec du tofu et concombres. Maintenant j'aime ça....

 

allez Ciao

 

JFCF

Posté par cunill à 06:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 juin 2008

respirez l'air pur !!!

A 120 Km de Beijing, Tianjin, 11 millions d’habitants, est une ville en plein développement. Autour des anciennes concessions occidentales et du fleuve Hai, les grattes ciels pullulent. Dans les faubourgs, les zones de développement industrielles s’étendent de toutes parts, depuis des ateliers de production jusqu’à de prestigieuses usines comme la future ligne d’assemblage d’Airbus.

Le tableau serait enthousiasmant si une contrariété de taille ne venait le tempérer, l’air de Tianjin est empoisonné ! Ne se comptent plus les polluants avérés qui interagissent entre eux ou s’agglomèrent à d’autres paramètres (UV solaire, ozone, humidité de l’air, acides, etc.). Comme partout en Chine, les raisons de la pollution de l’air sont établies : explosion du trafic automobile, croissance de l’activité industrielle, utilisation soutenue du charbon, dégagement incontrôlé et … bienveillance des autorités.

Découpé en 17 districts sur une étendue de 11 920 Km², Tianjin offre une variété inégalée de composites volatiles que tout visiteur serait bien avisé de connaître.

Dans les districts portuaires et périphériques de Tanggu et Dagang, les relevés concernant le monoxyde de carbone s’accordent sur des chiffres approchant 250 mg/m3 d’air alors que la norme recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est de 20 mg/m3. La présence d’incinérateurs, de chaudières industrielles et de fours d’affinage justifie ce record. Dans ces quartiers, l’air est également balayé par des rejets de dioxyde de soufre à hauteur de 600 mg/m3 alors que le niveau de référence est de 20 mg/m3. Dans le district de Hangu, le seuil d’alerte au dioxyde d’azote (NO2) est souvent dépassé (400 µg/m3 en moyenne horaire).

En centre ville, dans le quartier de Heiping district, les concentrations en fine particules sont de l’ordre de 150 /300 µg/m3 alors que les normes européennes fixent le seuil d’alerte à 20µg /m3. Aux gaz d’échappement des véhicules s’ajoute la circulation du vent. Venant du bassin du Bohai, brassant déjà toutes sortes de composites, il tourne en rond sur Tianjin, favorisant l’agrégation des particules chimiques. Vous avez alors l’impression de vous trouver au coeur d’une raffinerie. Vos mains sont noires, encombrées de manière permanente par un agglomérat de poussière visqueuse. Aux portes des universités de Tianjin et Nankai, la pollution est tellement prégnante qu’elle envahit les habitations. Pour pallier à cette situation, des déodorants destinés à masquer l’odeur sont régulièrement déversés dans les rues. Si cette pratique apporte un mieux, il n’est pas sûr que l’accouplement entre émanations chimiques et molécules de désinfection soit correctement maitrisé sur le plan sanitaire.

Résultat, à Tianjin, les pathologies liées à la pollution de l’air ne cessent de croître. Dans les hôpitaux, les patients asthmatiques se bousculent avec des augmentations annuelles de 15 %. Cependant aucun chiffre n’existe sur les décès prématurés attribuables à la pollution atmosphérique. Toutefois selon la délégation à la santé de la ville, le nombre de morts de cancer a augmenté de 18% en 2006, de 16 % en 2007.

Malgré cela, les autorités sont hésitantes sur la marche à suivre. D’un côté, elles encouragent les acteurs industriels à faire des efforts, de l’autre, aucune fermeture de sites polluants n’a été envisagée bien que certains se trouvent au coeur de la ville. Pas davantage de restrictions à la circulation automobile. Dans tous les cas, le système surveillance de la pollution atmosphérique de Tianjin mériterait une refonte totale, notamment, avec un accès plus libre à l’information, des relevés plus réguliers et des systèmes d’alerte.

François de la Chevalerie

Bon et bien, J'espère revenir vivant jajaja.   En tout cas pour la poussière, c'est bien vrai. Cela envahit les habitations. Il suffit de laisser sa fenetre ouverte une journée et la on ne s en rend pas compte de prime abord mais une une fois qu'on passe son chiffon blanc on est surpris a le voir noir comme de la suie...

ce week end il a fait une chaleur horrible avec un taux d'humidité élévé et bien evidemment avec la pollution, ca fait un melange pas terrible pour notre organisme. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux.

A Bientot

JFCF


Posté par cunill à 10:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 juin 2008

Agacement

Bonjour à tout le monde, enfin.......

Ces derniers jours, je n'ai pas eu le temps de mettre à jour mon blog à cause de mon emploi du temps assez chargé.

Le week end du 6,7 et 8 juin j'etais à Xi'an. Ce week end près de Pekin à la montagne et dans la semaine débordé de boulot. D'ailleurs j'ai commencé à haîr les chinois !!!

Alors racontons tout cela.

Xi'an

Le week end du 6-9 juin, je me suis décidé à sortir de Tianjin pour m'envoler vers Xi'an. Pour ceux qui ne connaissent pas la Chine, Xi'an est située dans la province du Shaanxi, presque au milieu. D'ailleurs le surnom “empire du milieu”viendrait de la ! Car pendant longtemps Xi'an, capitale de

cette province fut la capitale de la Chine pendant la dynastie Qin. Cette bourgade de 3.5 millions d'ames possède un patrimoine formidable et un certaine mixité culturelle. J'ai adoré visiter le quartier musulman et gouté la nourriture qui y est différente. Le porc frit dans un pain plat accompagné de cumin et le bouillon à la viande de mouton et aux nouilles avec des miettes de pain sont deux plats que j ai pu gouté. Dans ce quartier on peut aussi trouver une mosquée ou se combine art chinois et musulman. Les jardins sont magnifiques et reposants. Pour acceder à la mosquée, on doit traverser un souk ou l'on peut dénicher de tout et nimporte quoi.

En centre ville, visite d'autres lieux typiques comme the bell tower, the drum tower, la maison de la famille Gao. Je passe. Pour les sorties, il y a une rue sympa avec des bars et beaucoup d'occidentaux. Devant chaque bar, le meme refrain “Please come in”. Des chinois sont charges de remplir les bars.

Ce week end fut d'autant plus sympa que j'y suis alle avec mon nouveau colloc Antoine, arrive deux jous auparavant, et puis Guilhem qui nous a rejoint. Pour aller a Xi'an, deux heures d'avion. D'ailleurs vol de nuit a l aller tres turbulent. J'ai cru qu on allait pas arriver a la piste. Direction Hotel Ibis, hotel super et vraiment bon marche.

Nous avons ensuite decide de nous rendre une journee entiere hors de la ville pour gravir le mont Hua Shan, une des cinq montagnes sacrees du Taoisme.Helas l'entree etant payante nous ne pumes qu'admirer le temple situe pres de l'entree. Qfin de nous rendre sur ce lieu, deux heures de bus. Pour moi cela fut encore une fois horrible. Je ne raconterais pas mes problemes estomacals recurrents mais cette journee fut un supplice. Cette fameuse montagne est situee dans un environnement decevant. Je m'amusais a faire la triste comparaison avec Tchernobyl.

Jour suivant. Je vais mieux. Nous avons decide de prendre un guide pour nous faire visiter plusieurs trucs dont l'armee de terre cuite. Il s'agit en fait de legions de soldats enterres et censees veiller sur Quin Shi Huang, un empereur sans doute fou. Enfin bref, aujourd'hui on peut admirer les soldats mais je trouve un peu dommage qu on ne puisse les voir de plus pres. Les details sont parfois impressionants.

Le soir, retour sur Xi'an et direction une boite de nuit chinoise. Et la un espece de boysband genre 2 B3 mais a la chinoise arrive sur la scene et se met a danser et chanter. Trop marrant... Ensuite demande en mariage en direct devant tout le monde avec la petite musique qui va avec. C'est bizarre de faire sa demande en boite de nuit....

Le lendemain retour a Tianjin dans un avion de 32 places. Le vol s'est bien passe.

Semaine chargee et debut de crise avec les chinois.

Cette semaine fut en effect chargee. Celle qui vient ne s'annonce pas mieux. Ce n'est pas le fait d'avoir du travail qui m'embete mais le fait que tout soit desorganisee et que les chinois de mon entreprise soient si bornes et desorganises. Pourquoi a chacune de mes questions doivent ils repondre a cote de la plaque? Enfin bref je ne peux en dire plus par respect pour l'entreprise.


Sinon week end a la montagne.


Afin de nous relaxer, le president de l'entreprise a gentillement invite les employes dans un hotel situee a 1 heure de Pekin en pleine nature et au coeur de la montagne. L'endroit est tout simplement reposant, verdoyant. On respire. Bref au menu randonnee dans des paysages superbes. Les chinois ont passes leur temps a faire des photos. Donc ca fait du bien de se ressourcer puis c'etait bien sympa de voir les gens du boulot en dehors du boulot. L'ambiance fut bon enfant quoique... un peu niais au bout d'un moment. Ensuite les chinoises de la boite ont voulu aller faire du shopping dans Pekin... pffffffffffff moi j avais envie de rentrer et pas de suivre ce troupeau affole devant les echoppes bon marche...


Enfin bref tout va bien en Chine mais je commence serieusement a ressentir de l agacement envers certains.

Je mets des photos des que j'ai le temps

Posté par cunill à 09:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 juin 2008

Let's talk about foodddddddddddddddddd

Je rajoute que j'ai essayé un resto thai et la ce fut le pied. Boeuf avec sa sauce au lait de coco et curry vert. J'en passe. A Refaire....

Bonjour,

     Alors depuis l'autre fois tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le resto français était super bon. Rien à redire, la musique la déco enfin.... J'ai bu un rosé, costières de Nimes. La chinoise voulait essayé le rosé car elle aime la couleur rose. Elle dit que c'est la couleur des princesses. hihan hihan hihan. Moi j'aurais préféré du rouge. Je sais que je suis en Chine depuis seulement deux mois mais il faut avouer que ca fait plaisir de manger un truc bien de chez nous. La chinoise me demandait toujours: “le couteau ca se tient comme ci, comme ca”. A la fin du repas, truc que je ne fais jamais en France dans un resto avec mon morceau de pain j'ai essuyé toute l'assiette pour pas perdre une goutte de la sauce. La chinoise me copie... Bien évidemment je lui dis que c'est pas trop class...  D'ailleurs l'autre jour je me suis enfilé une baguette avec une boite de rondelé à l'ail et aux fines herbes...dans un café.
Vendredi et samedi soir, je suis sorti à l'Alibaba et comme toujours ambiance sympa. Dimanche rien de particulier. Resto chinois pas mal du tout puis l'aprem j'ai squatté dans un café une bonne partie de la journée et discuté avec l'italien à refaire le monde. Ensuite direction la pâtisserie d'a coté et je me suis rendu compte qu'il faisait des croissants. J'en ai mangé deux et à vrai dire ils sont pas mals du tout. Le soir rien de particulier. On a juste regardé un film. Star Gate The ark of truth. Mouefffffffffffffff ils ont un peu exagéré...  Bon sinon parait que la nourriture thaïlandaise est super bonne. Y a un resto pas trop loin de chez moi. Je vais bientôt l'inaugurer. Voili voilou....
Ciao à tous et je vais sans doute redonner de mes news bientôt.


NB je peux pas mettre de photos car mon appareil est mort et j'ai pas envie de depenser en electronique.

Posté par cunill à 05:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]


29 mai 2008

analyse intéressante...

Analyse    

Le nouveau contrat social chinois, par Frédéric Bobin

   

LE MONDE | 28.05.08 | 13h53  •  Mis à jour le 28.05.08 | 13h53

a Chine vient de traverser une séquence de crises sans précédent depuis l'ouverture de l'ère de la réforme économique il y a un quart de siècle. En quelques mois, elle a vu la partie méridionale de son territoire paralysée par des violentes tempêtes de neige (février), ses aires de peuplement tibétain se soulever (mars) et la province du Sichuan dévastée par un séisme dont le bilan devrait excéder les 85 000 morts. Pour une nation qui avait les yeux rivés sur la fête olympique de l'été, le choc est rude. Il n'en fallait pas davantage pour que surgissent ici et là des interrogations - inquiètes ou réjouies - sur la capacité du Parti communiste (PCC) à digérer ces ébranlements. Ces derniers ne vont-ils pas induire des ruptures risquant à terme de miner le régime chinois ? Voilà par exemple que l'on reparle de Tchernobyl et de son impact mortel sur le système soviétique.

C'est la faiblesse de nombre d'analyses sur la Chine : elles continuent d'emprunter à l'outillage conceptuel de la soviétologie. Le postulat de cette grille de lecture est le suivant : l'existence du PCC à la tête de la Chine est une anomalie dont l'Histoire ne va pas tarder à faire justice. Le régime va finir par s'effondrer. Il suffit de guetter le choc qui portera l'estocade fatale. Le soulèvement démocratique du printemps de Pékin en 1989 ayant échoué - écrasé dans le sang -, la protestation sociale des laissés-pour-compte de la croissance devrait prendre le relais. Et - pourquoi pas ? - une série de désastres naturels, en révélant l'incurie du pouvoir, pourrait coaguler les contradictions du système et accélérer la chute finale.

A chaque fois qu'une crise survient en Chine, ces présupposés irriguent immanquablement les analyses. Il faut dire que les Cassandre ont des circonstances atténuantes : les dirigeants chinois eux-mêmes vivent dans cette anxiété de perdre le "mandat du ciel" et d'être emportés par une révolte populaire, à l'instar des cycles dynastiques qui scandent l'histoire chinoise depuis plus de deux mille ans. Mais ce que ne voient pas les annonciateurs de la chute finale, c'est que le réflexe de survie du régime le porte à une plasticité inédite dans l'histoire des PC mondiaux. On ne peut plus aujourd'hui dépeindre la direction chinoise comme une gérontocratie archaïque, obsolète, doctrinaire, fossilisée dans des dogmes d'un autre âge.

Tout en demeurant un parti unique autoritaire, muselant sans pitié ses opposants, le PCC s'est mué en un appareil réactif, prompt à l'ajustement, voire à l'autocritique, prospectant sans cesse à l'étranger des modèles d'efficacité, sans aucun tabou. C'est cette élasticité qui lui a permis de projeter la Chine sur la voie du libéralisme économique, enrichissant globalement le pays. Et consolidant au passage son assise politique.

On peut - on doit ! - dénoncer les violations des droits de l'homme en Chine tout en étant lucide sur cette réalité de la nouvelle équation politique chinoise : le PCC a su restaurer sa légitimité aux yeux d'une partie de la population. S'il ne l'avait pas fait, il se serait déjà écroulé. Son étonnante longévité au regard du cycle idéologique du XXe siècle ne s'explique que partiellement par sa nature répressive. Il la doit aussi à son aptitude à sceller un nouveau "contrat social" avec la population. Celui-ci repose sur deux piliers.

D'abord, l'efficacité économique, qui a conduit le PCC à s'adosser aux couches sociales émergentes urbaines, connectées sur la globalisation. Le régime n'a cessé de flatter ces nouveaux groupes qui, s'ils restent interdits d'activisme politique, s'épanouissent dans une sphère privée de plus en plus autonome.

LE "SCANDALE DES ÉCOLES"

Quant aux couches négligées ou victimes de la réforme économique, petit peuple brutalisé par la cupidité d'appareils locaux aussi tyranniques que corrompus, elles peuvent se révolter sur une cause ponctuelle mais il serait bien hâtif de leur prêter des intentions révolutionnaires. Leur combat cible le pouvoir local et non le pouvoir central, dont l'arbitrage est en permanence sollicité.

La relation n'est pas binaire mais triangulaire, le régime de Pékin excellant dans l'art de sanctionner ses petits chefs pour apaiser le courroux du peuple. On devrait à nouveau le vérifier quand le "scandale des écoles" du Sichuan, dont l'incapacité à résister au séisme révèle la gravité de la corruption locale, prendra de l'ampleur ces prochaines semaines.

Le deuxième pilier de ce nouveau "contrat social" ayant affermi le PCC est le patriotisme. Ou le nationalisme, comme on voudra. Au lendemain du traumatisme de Tiananmen (1989), qui avait creusé un fossé abyssal entre le pouvoir et la société, le parti a délibérément réhabilité les thématiques nationales, exaltant la grandeur de la Chine éternelle tout en jouant sur la paranoïa du complot occidental. Le calcul était d'élaborer une idéologie de substitution au marxisme défaillant et d'allumer un contre-feu au "péril" démocratique. Force est de constater que l'opération a réussi au-delà de toute espérance. La population chinoise, et surtout son élite économique et intellectuelle, sait gré au PCC d'avoir parrainé un essor économique qui a réinstallé la Chine sur la carte du monde. Quand ils jettent un regard rétrospectif sur une Histoire récente assez calamiteuse, nombre de Chinois ne cachent pas leur "fierté" du chemin parcouru. L'"amour de la Chine", que professe désormais la jeunesse chinoise, est un cri du coeur qui eût été impensable dans les années 1980 quand les étudiants s'affligeaient plutôt de l'archaïsme de leur pays.

Le PCC est conforté par ce nouvel air du temps. Si la crise tibétaine l'a désarçonné sur le front diplomatique, elle a eu l'effet contraire sur la scène intérieure : l'opinion chinoise han, pour qui l'appartenance du Toit du monde à la Chine ne souffre pas la discussion, a plutôt volé au secours du pouvoir, solidaire face aux critiques de l'Occident. Agressivement chauvin dans le cas du Tibet, ce même "amour de la Chine" vient de prendre une tournure plus pacifique et positive au lendemain du séisme du Sichuan sous la forme d'un élan de solidarité exceptionnel au sein de la population. L'heure est à la célébration de la "Chine unie". On voit mal comment de telles évolutions pourraient fragiliser le PCC. Bien sûr, le défi pour lui sera d'être à la hauteur de ce nouveau civisme de plus en plus exigeant. Mais il a affaire à des forces sociales qui ne sont nullement prêtes à jeter le bébé avec l'eau du bain, c'est-à-dire à congédier le PCC au risque de résilier le "contrat social" dont il est porteur. Pour l'instant, en tout cas.

Posté par cunill à 03:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2008

C'est la vie

Bonjour a mes admiratrices et aux autres,

Le temps passe et tout va bien en Chine. Je suis presque dans la normalité voire la banalité. Ce week-end mode hibernation. Je ne suis presque pas sorti de mon appart. La chaleur s'est introduite tout d'un coup. 35 degres humidité et poussiere. La verité, ce n'est pas très agréable. J'aime la chaleur mais quand on peut respirer.

En ce moment même ou j'ecris, le président et ses employés sont en réunion dans le bureau en face du mien. Je ne comprends rien. On dirait qu'il est en train de dire la messe ou de transmettre un message divin à ses disciples.

Avec le mois de mai bientôt fini, mon travail reprend en intensité. Mes contacts reviennent de vacances et je vais pouvoir les agresser pour obtenir des prix plus bas. Je vais aussi me battre avec les transporteurs pour obtenir des cotations plus alléchantes. Puis attendre, attendre que la banque veuille bien effectuer le paiment. Puis surtout menacer le service comptabilité pour qu'il ouvre ma lettre de credit. Les chinois sont des gens forts sympathiques mais dans mon cas et dans mon entreprise, j'en suis venu à la conclusion qu'il faut parfois être brut pour obtenir gain de cause. Oui car sinon jamais nous n'arriverons à developper nos relations avec les partenaires européens.

Sinon moi je veux bien faire comme eux et prendre mon temps.

Demain, je vais au restaurant francais de Tianjin. J'ai invite ma chef..... J'en vois certains qui s'imaginent des choses. Bien non car ma chef ne veut pas se marier avec un foreigner. C'est tout de suite fait puis ca a la merite d etre clair. Enfin bref le resto s'appelle 'C'est La Vie' et je compte bien me rattraper. J'ai une envie de cassoulet, de pintade rotie, choucroute, enfin les trucs bien lourds. Je commence a saturer avecla bouffe du boulot. Donc pour pas y aller seul, j'ai dit a ma chef 'I invite you'.

Bon sinon ce soir je sors au Bar Alibaba. C est marrant dedans y a une imitation grandeur nature de la maison du premier ministre anglais a Downing Street. Enfin bref je l'ai deja dit c'est un bar cosmopolite ou se retrouvent beaucoup d'internationaux. L'autre jour, ce fut interessant car il y avait des chinois de l'ouest du pays fort symapthique. Il ne parlent pas comme les autres. De fait leur langue ressemble a une langue de l'Europe de l'Est ou a un genre de turc. Leur physionomie est elle aussi tres differente.

La province d'ou ils viennent est le Ganzu. Cette province possede une forte culture arabe et a ce qu on m a dit un patrimoine important, des paysages desertiques grandioses. Enfin bref Ca m a donne envie de voyager vers l'Ouest. Mais bon le temps.........

Ah oui, sinon une fille de l'Ouest m a dit que j etais 'handsome'. J'ai repondu d'un air niais : 'Thank you, you too' Elle non plus ne peut pas se marier a un 'foreigner' car sa religion et sa famille ne lui permettent pas. C'est bien ma veine...Toujours un obstacle.

Bon voila. Rien de neuf. Tout de vieux.

Allez a plus.

NB une photo prise du web. Photo de la region ouest de la Chine

Posté par cunill à 09:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 mai 2008

mon stage

Bonjour,

Comme promis, la suite de mes aventures dans l'empire du Milieu. Aujourd'hui, je vais vous parler de mon stage.

Alors je travaille dans une entreprise qui importe des matières recyclables des marchés européens, américains, japonais, australiens, etc. Cette entreprise importe surtout du papier et carton. En gros tout ce que nous recyclons. Alors il faut savoir que ce négoce est intéressant et qu'on peut bien gagner sa croute.

Mon travail consiste à contacter des entreprises du secteur du recyclage en France et de leur acheter leurs déchets. J'achète donc certaines catégories de déchets qui sont définis en fonction de critères bien précis. Passons...

après avoir contacté l'entreprise, et si cette dernière souhaite me vendre ses matériaux, il me faut négocier les prix. Etape chiante car dans 90 pour cent des cas, étant donné que ces matériaux sont beaucoup demandés, nous devons accepter les prix de nos fournisseurs.

Si donc nous arrivons à un contrat, ce qui fut le cas il y a deux semaines pour moi et bien vient le transport puis le paiement.

Je dois me charger de trouver un transporteur bon marché, ce qui est impossible puis pour le paiement, je dois me battre avec la banque pour qu'elle n'oublie pas de payer (Credoc ou prepaiment 50% et le reste avec la B/L).

Ça parait chiant mais c'est vraiment formateur. Mes connaissances en techniques du commerce international se trouvent enrichies. De plus l'expérience de pouvoir travailler dans un environnement aux normes complexes et opposés à celle que je connaissais jusqu'à présent est valorisant. Je crois qu'à l'issue de ce stage, je pourrais entrevoir un peu mieux comment travailler avec des chinois. Je dis bien un peu !

Les difficultés sont surtout liées a l'obtention de l'information et a la lenteur des procédures. Voila en quelques mots...mon stage

Ah oui mon salaire 200 euros, dans le moyenne. Si on vit à la chinoise et sans faire d'excès, ce salaire suffit mais si on sort, va au resto c'est sur que les sous manquent vite.

Sinon les gens dans l'entreprise sont super gentils et toujours enclins à faire partager leur culture.

Sinon aujourd'hui, du haut de mes 22 étages, il fait un bonne chaleur 32 degrés avec de la brume et demain on annonce 37...

Ciao

JFCF

Posté par cunill à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2008

mi-mai et tout va bien

Bonjour,

J'espère que ceux qui me lisent vont bien. .En Chine tout va bien. Mon chinois progresse....un peu. Le stage se passe relativement bien. Il fait de jour en jour de plus en plus beau et aussi chaud. Les horribles climatiseurs se mettent en route. Ah oui mon vieil appareil photo numérique vient de rendre l'âme. Ça me fait beaucoup de peine d'autant  plus qu'il faudra que j'en rachète un neuf. Les prix sont pas si bas que ça.

Le week-end end dernier, visite de Tianjin et je n'ai pas été déçu. La ville, si on oublie un instant la pollution et le flux automobile, est en fait bien sympa. Il y a un ancien quartier, qui a été tellement bien rénové qu'on se croirait presque a Disneyland. J'y suis allé avec mon colloc italien et ma Chef qui s'appelle Huang. Il avait besoin d'un jean et nous sommes allés dans un genre de souk à la chinoise. Il s'est acheté un Levis pour 10 euros je crois...Avis aux amateurs de grandes marques et de Rolex ! Sinon ce quartier ancien complètement rénové regroupe des magasins pour les touristes et est situé près du fleuve de la ville. Les rives ont été complètement aménagées à l'européenne. Il faut dire que nous sommes près du quartier européen et la municipalité fait tout pour mettre en avant ce patrimoine qui fut laissé à l'abandon pendant trop longtemps. Donc journée bien sympa qui s'est terminée par un restaurant. HOT POT

Nous sommes allés manger un hot pot. Il s'agit enfin d'une marmite remplie d'un bouillon dans lequel on jette des légumes viandes et autres. C'est pas mauvais sauf que pour faire mon dur j'ai voulu prendre la version épicée mais les chinois plaisantent pas avec ça. Ceux qui disent “ouai je mange épicée et ca me fait rien” auraient de belles surprises en Chine. Pour faire court mon hot pot était vraiment hot. Les aliments m'ont paru sans gout. Après ce repas direction Leonidas et ensuite starbucks. 9 chocolats pour 10euros. C'était pour faire gouter les délices de notre vieux continent a ma chef. Heureusement qu'elle a aime.

Voila le lendemain matin en allant au travail, ce fameux hot pot fait une réapparition non désirée. Autant dire que je fus heureux d'arriver au travail ce jour la... 

Bon voila sinon je mettrais sans doute un message demain pour parler de mon stage...

CIAOOOOOOO et à plus


Posté par cunill à 04:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 mai 2008

visite de pekin et shanghai

Bonjour,

J'ai beaucoup de choses à dire. Cette dernière semaine fut plutôt propice à la découverte. Le weekend end dernier, j ai pu visiter Pékin et cette semaine Shanghai.

Bon alors pour Pékin, nous avons visité (nous car Guilhem, un mipmetien était de la partie) tout ce qu'il faut visiter. Grande muraille, palais d'été, la place Tienanmen, déambulation dans Pékin et ainsi de suite. C'est la grande muraille qui m'a le plus impressionné. Imaginez un mur de 6700 km... (une fois les morceaux recollés !) On accède sur le lieu en téléphérique puis on redescend en toboggan. Oui en toboggan... Enfin on s'assoit sur une planche et redescend jusqu'en bas. Ça fait bizarre de se dire qu'on vient de visiter un monument de cette nature et qu'on le quitte comme  dans un vulgaire parc d'attraction. Il faut dire que nous avions réservé un guide chargé de nous emmener sur les lieux de notre choix et ce dernier choisit de nous conduire sur des lieux trop touristiques à mon goût. J'aurais voulu aller sur un partie de muraille non restaurée et pas à Disneyland. On va encore dire que je me plains. Donc je vais tempérer...enfin essayer. Je mesure la chance qui m'est donnée.  Amen... Voila ça vous va. LOL

Notre guide, accompagné d'un chauffeur kamikaze (on aurait dit Starsky et Hutch) nous a aussi fait visité le magnifique palais d'été bondé de monde. Il s'agit ici de la résidence d'été de l'empereur qui  quittait la chaleur étouffante de Pékin et sa Cité Interdite. Le lieu est magnifique.

Ensuite direction Pekin et la fameuse place construite sous Mao et censée accueillir un million de personnes.

Anecdote marrante: Alors que nous marchions dans Pekin à la recherche d'un magasin d'antiquité, deux chinoises nous abordent et commencent à nous parler. En moi-même, je pense “fait chier” oui car je voulais absolument trouver un magasin vendant des souvenirs pas trop bric brac et voila que ces deux entourloupeuses viennent faire echouer mon plan. Les deux étudiantes nous proposent de les suivre pour nous montrer des oeuvres faites dans le cadre de leurs études. Ceux qui me connaissent savent qu'en toute circonstance je sais rester maître de moi-même et que je suis de nature stoique (Jean Pierre coeur de Pierre etait le nom donné par un laideron qui me poursuivait au lycée). Cependant,  Guilhem etait deja en perte de contrôle. Il me demanda alors “On les suit ?” Son regard me suppliait et quand le “oui” s'échappa de ma bouche, il eut l'air d'être le plus heureux au monde. Evidemment lui dira que ce n'est pas vrai...

Au final, les deux entourloupeuses, un peu laideronnes en plus, nous dirigèrent vers un magasin vendant des oeuvres d'art authentiques selon leur dires. Menteuses... Enfin, soyons honnêtes, il y avait certaines choses intéressantes. Fait marquant. Mon nom signifie que je suis beau, intelligent et que je vais etre riche. Enfin bref, au final nous avons acheté deux trois trucs... A Shanghai aussi, on essaya de me faire le coup mais je me suis fait un plaisir de dire NON.

En parlant de Shanghai, étant donné que le pont du 1er mai est aussi fêtè ici, differement que chez nous d'ailleurs, j'en ai profité pour aller sur Shanghai pour dépenser des sioux. J ai donc réserve sur expedia avion et hotel pour un prix intéressant. Ça m'a permis de voir la capitale économique de la Chine et d'entrevoir ce que sera Tianjin dans 10 ans (oui les autorités ont décidé de faire de Tianjin un centre économique important donc avis aux investisseurs...).

La ville possède certains édifices datant de l'époque ou les européens et notamment les français étaient présents. On retrouve un quartier entier avec une architecture européenne, ce qui donne à la ville un visage intéressant. La ville est aussi considérée comme le Paris de la Chine puisque la Mode est omniprésente. Donc avis aux amateurs de shopping. Si vous voulez vous faire un costume pas cher, c'est là ou il faut aller.

Shanghai possède des immeubles d'affaires (la tour la plus haute est la tour Jimao qui fait pres de 420 metres de haut et qui sera détrônée par une tour qui la jouxte et qui fera 460 mètres. J'ai d'ailleurs apprécié la tour Jimao qui possède un hôtel restaurant fabuleux)et des centres commerciaux à tout va ou les prix sont assez élevé voire comme en Europe. On retrouve beaucoup de marque de luxe; comme Hugo Boss, Versace, Givenchy, etcetera.

Enfin bref, j'ai beaucoup marché, voire trop. J'ai erré sur le Bund, l'équivalent de la croisette de Cannes. J'ai visité le musée de Shanghai qui présente une collection d'oeuvres impressionantes pour qui est passionée de culture chinoise. Personnellement les collections de bronzes, poteries et statues m'ont plu. Enfin bref....

Parlons restaurants !!!

Cette ville cosmopolite présente l'intérêt d'offrir des restaurants variés. Ainsi, j'ai pu mangé autre chose que mon riz quotidien. La cuisine chinoise est très bonne mais le truc c'est qu'au travail on mange beaucoup de riz et comme je dois bien l'avouer manger est un rituel sacré pour moi. Enfin bref vous comprenez j'ai surtout fait des dépenses en bons restos. Le must fut le restaurant situé au 54eme étage de la tour Jimao. Il s'agit en fait du restaurant du Hyatt. Quand on mange et qu'on a vu sur Shanghai de nuit du 54eme étage, on se dit 'ouah quelle chance'. Le buffet du restaurant est époustouflant. Tout est à volonté et inutile d'expliquer qu'étant donné la catégorie de l'hotel, tout n'est que perfection et raffinement. Coquilles St jacques et autres fruits de mers, carpaccio de toutes les sortes, viandes, soles, saumon, fromages affinés, desserts, n'en parlons pas.

Le service transparent. How was everything, sir ? Excellent... Bien évidemment la note fut elle aussi époustouflante quoique étant donné la qualité du buffet, le prix m'apparut raisonnable. Un petit verre de vin par dessus ca et au dodo.

Retour sur Tianjin et de fait retour à la normalité... mais bon c'est ce qui fait qu'on apprécie des moments comme ceux-la, leur rareté.

Allez et voici bientôt les photos de Pékin et Shanghai.

Posté par cunill à 11:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]